Rejoignez-nous !

Découvrez le subterfuge de l’AS Eupen pour éviter les suspensions du coach Marquez (D2)

Tout qui a un jour assisté à un match de l’AS Eupen l’aura remarqué: le coach ibérique de l’équipe eupenoise, Bartolome Marquez, est un vrai latin. Du genre bouillant, à vivre le match à 200% et parfois, à se laisser déborder par sa passion. D’où les quelques noms d’oiseaux qui sortent parfois de sa bouche. Rien de grave, l’équivalent d’un “merde!” voire un peu plus. Seulement voilà, le mentor y ajoute la gestuelle, son accent espagnol et des mots qui, faute de traduction, sont parfois mal interprétés par les arbitres. Du coup, le T1 de l’AS Eupen a collectionné les suspensions depuis son arrivée en terre germanophone…

 

Mais tout ça pourrait bien être de l’histoire ancienne. Subtilement, le club a mis en place une “parade” pour éloigner le coach du juge de ligne. En effet (et comme partout) ce sont souvent les oreilles de l’homme au drapeau qui faisaient office de relais vers l’arbitre principal, lequel sanctionnait parfois la verve du Catalan.

Ainsi, depuis ce samedi et le match à Dessel, l’AS Eupen ne prend plus place sur le banc de… droite (du point de vue de la tribune VIP et presse), mais sur celui de gauche. Le juge de ligne ne se promène donc plus devant les Eupenois, mais bien devant les visiteurs. Si cela a fonctionné ce week-end (pas de sanction pour Marquez), sportivement, ce changement n’a pas porté chance: Eupen s’est incliné 0-1 contre Dessel.

 

Sans rien dire, on a switché de banc à l'AS Eupen.

Sans rien dire, on a switché de banc à l’AS Eupen.