Download!Download Point responsive WP Theme for FREE!

Un clac vaut mieux qu’un clic

arbitres2

L’histoire se passe lors de la seconde journée de championnat en P1. Pour bien comprendre les faits, il faut d’abord expliquer que les deux assistants arbitres étaient équipés de drapeaux émettant un bip au cas où ils constatent un  hors jeu ou  une autre irrégularité. A ce moment là, le brassard fixé au bras de l’arbitre vibre.

Après une demi heure de jeu et alors que son centre avant se trouve en position centrale, le médian local file vers le but et n’est manifestement pas hors jeu.

Malheureusement, notre pauvre assistant pousse un peu trop vite sur le bouton et dans la seconde qui suit, il fait un signe de négation de l’autre main à l’arbitre central.  Son drapeau levé s’abaisse aussi vite et il continue sa course pour suivre l’action. Trop tard ! l’arbitre a sifflé et n’a pas vu le mouvement de la main de son collègue.

Evidemment, certains joueurs de l’équipe lésée hurlent au scandale et l’arbitre central a du mal à calmer les esprits.

Après match, l’assistant arbitre a de fait reconnu son erreur devant les joueurs . Et la réflexion d’un des joueurs floués est à mettre en exergue : « Ref, tout le monde à le droit à l’erreur ! Que celui qui n’a pas commis une seule erreur sur le match le dise ! »

Bien sûr, les puristes vous diront que depuis quelques années, l’assistant arbitre doit lever son drapeau seulement au moment où le joueur en position hors jeu va recevoir le ballon.

D’autres vous diront que sans cette technologie, l’assistant arbitre aurait commencé à lever son bras et l’aurait abaissé au plus vite. Dès lors, l ‘arbitre n’aurait pas eu le temps de siffler.

Ou quand un clac (de drapeau) vaut mieux qu’un clic !